Article – à la Manufacture, le groupe Pleasure pour un total plaisir

Concert de lancement – Manufacture Hors Les Murs – Saint-Quentin – 05/11/16

 

Leur album vient de sortir et le quatuor saint-quentinois Pleasure en a profité pour le dévoiler en concert à la Manufacture hors les murs. Ébouriffant !

Il est un peu plus de 20 h 30, la Manufacture hors les murs au quartier de l’Europe, plein comme un œuf, commence à vibrer avec le quatuor de Pleasure pour un concert test après l’apparition de leur premier album intitulé « Fictions » et apparu voici peu.

Rémi Passarella (le chanteur et guitariste), Martin Delfosse (le second guitariste), Jérémy Boucly (le batteur), et Gauthier Fondras (le bassiste) ont un look « BCBG » tout en produisant un rock alternatif. Ils sont tous de Saint-Quentin et il n’y a rien d’étonnant car la bande s’est connue pour la majorité sur les bancs du lycée Henri-Martin.

Un rock vintage et actuel

Quand aux inspirations, elles sont diverses et variées de Muse, une référence en la matière, «mais surtout de la scène européenne comme du groupe Biffy Clyro », martèle le leader, Rémi Passarella.

Dès les premiers accords, on sent que le rythme pulse et déménage alors que le public se lève et frétille déjà pour communier avec eux. Aucune mèche rebelle, pas de riff agressif car Pleasure a une profonde passion pour le rock qui verse presque sur un côté vintage tout en étant actuel dans le ton.

«  La majorité des chansons écrites sont interprétées en anglais, lâche-t-il encore. C’est tout simplement parce que cela colle mieux à notre sonorité. Mais l’on chante également quelques titres en français. »

« Un excellent rodage »

De l’énergie et de l’assurance, Gauthier, Jérémy, Martin et Rémi en ont à revendre en les voyant gesticuler sur la minuscule scène de la Manufacture. Dans les travées, les plus fidèles supporters arborent un tee-shirt noir où il y est inscrit le nom du groupe en blanc.

Bref, les mille heures de travail pour façonner l’album « Fictions » comme les dix titres sont passées comme une lettre à la poste, avec également les précédents morceaux qui ont refait surface pour le plus grand plaisir des fans.

«  Nous composons ensemble, indique encore Rémi Passarella. Notre son de distorsion nous permet d’aborder le swing, même la valse. On s’adresse aux jeunes et moins jeunes. C’est très actuel et un excellent rodage avant de trouver des dates pour les prochains concerts. »

source : l’Aisne Nouvelle – 06/11/2016 Pierre Hallade

No Comments

Post A Comment